Journal officiellement désigné par arrêté préfectoral

Journal fondé en 1925

< LaCabanne des Arts égaye Monein
31.08.2018

Txirrind'ola réveille le cycliste en vous


Depuis 2011, l’association Txirrind’ola promeut l’utilisation du vélo pour tous. Depuis son atelier participatif des allées Marines à Bayonne, elle fourmille d’idées pour que chacun d’entre nous parte de bon matin, sur les chemins, à bicyclette.

Rarement une association aura connu un essor aussi spectaculaire. En sept années d’activité, Txirrind’ola compte près de 1 300 membres. Une impressionnante ascension qui s’explique par une vraie prise de conscience des citoyens. « La structure s’est montée en partant de deux constats ; d’un côté la voiture génére tout un tas de nuisances et d’un autre il y a beaucoup trop de vélos qui terminent leur vie en déchetterie » raconte Andrea Davoust, présidente de l’association.

Mettre le vélo à la portée de tous

Dans l’attente d’un heureux événement d’une minute à l’autre, celle-ci n’a pas hésité à enfourcher sa selle pour se rendre à l’atelier. « Nous encourageons l’utilisation du vélo pour tous et sommes là pour lever les obstacles qui pourraient survenir dans l’esprit de l’utilisateur potentiel ». De la réparation, au recyclage, à la sensibilisation et à la vente de vélos, l’association fait son maximum pour mettre la bicyclette à la portée de tous.<br/> Le premier argument est économique. « L’achat d’un vélo chez nous coûte moins cher qu’un plein d’essence » précise la future maman. à cela s’ajoutent des considérations de santé et environnementales. Des valeurs dans lesquelles se retrouvent les adhérents qui viennent pour de multiples raisons. Ici, on peut acheter un vélo à moindre coût, apprendre à réparer le sien, échanger celui d’un enfant qui grandit… Dans une

Une transmission du savoir-faire

Sur les 500 m² du local, une vingtaine de personnes s’affairent en cet aprèsmidi aoûtienne. Hommes, femmes, jeunes, vieux… tous ont les mains dans les rayons ou sur le dérailleur. Si on ne sait pas faire, un autre membre de l’association file un coup de main. Si le problème s'avère plus complexe, un des deux mécaniciens professionnels salariés intervient. Adhérent depuis un an et demi, Thorsen a rejoint l’association dès qu’il est arrivé dans la région. « Avant j’habitais Nancy où je me déplaçais uniquement en vélo, dès mon aménagement ici j’ai recherché à en acquérir un et je suis tombé sur ce garage participatif en surfant sur le web ». Aujourd’hui le jeune homme, utilise le matériel et l’outillage de l’atelier pour changer un pédalier défectueux. Le dernier jeudi du mois, il participe aussi aux apéros démontage.<br/> Durant ces soirées, les adhérents démontent des vélos trop endommagés pour être réparés mais dont certaines pièces peuvent être récupérées. Ceux qui proviennent des déchetteries ou des dons de particuliers. « Nous avons enregistrés notre 3 000ème don récemment » précise la Présidente. Scannées par les mécaniciens, les machines sont désossées autour d’un verre et avant un bon casse-croûte. Les pièces qui peuvent s’avérer utiles pour des réparations sont conserver à l’atelier, les matériaux recyclables sont quant à eux valorisés. Mécanicien de la structure, Pierre-Emmanuel raconte leur parcours : « une fois dissociés, les métaux sont apportés au ferrailleur où nous revendons l’acier et l’aluminium ».

Incitation à se remettre en selle

Donner une seconde vie aux vélos et faire naître le cycliste chez le citoyen, voici les missions de Txirrind’ola. Pour ceux qui n’ont jamais ou pas pédalé depuis fort longtemps, des cours de vélo école sont organisés. « D’abord sur les bords de l’Adour, puis sur les pistes cyclables » raconte Andrea Davoust. « En trois jours, les élèves sont autonomes sur la route » ajoute-t-elle. Aujourd’hui, l’association est sollicitée par de multiples structures privées et publiques. Dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, chaque entreprise employant au moins cent personnes doit élaborer un plan de mobilité en favorisant les moyens de transport dits doux. Le vélo a de beaux jours devant lui et le nombre d’adhérents de Txirrind’ola devrait poursuivre son ascension.

Yannick REVEL (texte et photo)