Journal officiellement désigné par arrêté préfectoral

Journal fondé en 1925

< Un festival de cinéma à Bayonne
14.09.2018

Le Groupe Lauak s'implante en Amérique


Sous-traitant aéronautique de référence en Europe, le Groupe Lauak vient d’acheter une unité de production au Canada. Son ambition : conquérir l’Amérique.;

Fondée en 1975, la société Eskulanak a parcouru du chemin en quatre décennies. À commencer par un changement de nom à la veille de l’an 2000 pour devenir le Groupe Lauak. Avec le nouveau millénaire, son fondateur accélère le développement en passant par une stratégie de croissance externe. A l’extérieur du Pays Basque (Gers, Hautes-Pyrénées, Indre), puis hors de l’hexagone (Portugal), le groupe crée ou acquiert des centres de production afin de compléter ses domaines de compétences. Figurant désormais parmi les principaux acteurs de la sous-traitance aéronautique, Lauak poursuit son expansion en explorant un nouveau territoire ; l’Amérique du Nord.

Premiers pas outre-Atlantique

"Lauak s'envole outre-Atlantique"

Située à Mirabel (Québec), la nouvelle acquisition entre dans le giron de la société basée à Ayherre. Il s’agit du Centre de Tubes, propriété depuis 2008 de Bombardier, le leader mondial de la fabrication d’avions et de trains. Un gros coup pour l’entreprise basque qui marque ainsi son entrée sur le continent américain. Mais aussi un accord satisfaisant pour l’avionneur canadien, désireux de se séparer de branches ne figurant pas dans son coeur de cible. Son Président Michael Ryan réaffirme cette volonté « de se concentrer sur les activités où nous pouvons être les leaders et les plus compétitifs de l’industrie ». De son côté, le groupe basque voit cet achat comme une perspective de développement rapide.

Une ambition internationale

« Le groupe Lauak est maintenant présent outre-Atlantique avec un potentiel de croissance considérable » analyse Mikel Charritton, son Directeur Général. Cet accord porte à sept le nombre d’usines appartenant au groupe basque. L’ajout du site de Mirabel aura un fort impact sur l’activité de l’acquéreur. Si l’usine est de taille modeste (80 salariés), l’accord est assorti d’un contrat de sept ans entre les deux parties. Déjà fournisseur des acteurs majeurs du secteur (Airbus, Dassault, Embraer…), la SAS française ajoute un nouveau client dans son carnet de commande. Ce positionnement international affiche les ambitions. À 146 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, les prévisions tablent sur un doublement à 300 millions d’ici 2022. Pour cela, une centaine d’emplois seront créés en Amérique du Nord, en Europe et au Pays Basque.

 Yannick REVEL (texte)