Journal officiellement désigné par arrêté préfectoral

Journal fondé en 1925

< La Smoocyclette en route pour le tour du monde
11.02.2019

Le covoiturage pour les villages


Sur la commune de Lahonce, une startup et une association citoyenne font alliance pour développer le covoiturage. Ensemble, elles entendent oeuvrer pour l’environnement, la solidarité et le pouvoir d’achat. Quand la technologie d’une jeune pousse locale permet de répondre aux enjeux d’actualité.

On connaît tous l’application de covoiturage qui permet de partager ses trajets de moyennes et longues distances. Pour les déplacements quotidiens, des solutions existent également et l’une d’entre elles est développée par une startup locale. Installée dans la pépinière Izarbel à Bidart, Badjoto entend populariser la pratique au quotidien afin de pallier au manque de transports en commun dans les zones périurbaines.

<small>Stéphane Perret (fondateur de Badjoto) veut inciter les lahonçais au covoiturage</small>

Autour de l’Agglomération Bayonnaise, ces territoires sont nombreux. Si le trambus est attendu au coeur de l’Agglomération, la périphérie reste quant à elle dépourvue de solutions. À l’instar de beaucoup de communes, Lahonce a vu sa population exploser ces dix dernières années. Dans ce village du bord d’Adour, certains habitants ont fondé l’association Trukatu. Basée sur le principe de l’entraide, cette structure s’intéresse à diverses thématiques et notamment aux moyens de faire ensemble, de consommer mieux, d’éviter le gaspillage…

En France, 80 % des personnes se rendent au travail, seules dans leur voiture. Pour augmenter le pouvoir d’achat, diminuer la pollution et réduire les embouteillages, le covoiturage pour le trajet domicile / travail devient une évidence. Pour cela, elles établissent un partenariat afin de faire connaître l’application mobile Badjoto, lauréate du concours « La Poste French IOT » en 2017. Ce dispositif permet de mettre en relation les personnes effectuant les mêmes trajets aux mêmes horaires. Plus écologique et plus solidaire, cette solution apparaît aussi économique puisque les frais sont partagés entre conducteurs et passagers.

La force de cette application réside dans sa facilité d’utilisation et sa souplesse. Quant à l’offre elle se développe au fur et à mesure que les utilisateurs se multiplient. Cette union devrait le permettre plus rapidement sur la commune de Lahonce. Afin qu’un jour, un covoiturage sur le bassin Nive Adour soit aussi simple qu’une course de VTC à Paris.

Yannick REVEL (texte et photo)