Journal officiellement désigné par arrêté préfectoral

Journal fondé en 1925

< Suspension temporaire du Journal France3 Euskal Herri
15.05.2018

VOYAGE

Un week-end dans les Pyrénées-Orientales

Aux pieds des montagnes, à 10 minutes de la plage, douceur de vivre et forte identité locale… les similitudes avec le Pays Basque sont nombreuses. Question paysages, les panoramas sont ici bien différents. Dans les Pyrénées-Orientales, on peut se trouver dans une crique méditerranéenne, sur un plateau forestier canadien, ou près des monts rocheux de l’Atlas marocain. Le tout à une heure à la ronde. Une impressionnante variété sur un territoire aussi réduit. 

Perpignan, une belle qui s’ignore 

Comme souvent, lorsque l’on arrive dans un pays ou une région, le point d’entrée est la ville principale. Ne commettez pas l’erreur de faire l’impasse sur Perpignan. C’est un véritable musée à ciel ouvert et pour une fois, cette expression n’est pas galvaudée. Labellisée « Ville d’art et d’histoire », la préfecture du département dispose d’une richesse patrimoniale balayant les époques du 13ème siècle à nos jours. 

Le plaisir de flâner dans ses rues et ruelles s’agrémentent de fréquents petits bonheurs. De ci de là, des places offrent un décor de carte postale avec une fontaine posée sous les façades ocres orangées, gorgées de chaleur. De nombreux hôtels particuliers se dévoilent aussi aux yeux des curieux. La perle en est sûrement l’Hôtel Pams, du nom d’un ancien ministre de la République Française. Véritable joyau, cette ancienne demeure est un chef d’œuvre de l’art nouveau. Lignes courbées, romantisme et antiques allégories, c’est mon coup de cœur de la ville. 

Un littoral, deux côtes

De larges étendues sablonneuses et sauvages au nord, le littoral se transforme en allant vers le sud. Rocheuse, la côte offre alors des corniches, des points de vue, des criques… de toute beauté. Depuis Argelès-sur-Mer jusqu’à Cerbère, elle se découvre aussi à pied en empruntant l’un des nombreux sentiers pédestres. On ne manquera pas de faire une visite de Collioure, le joyau de la Côte Vermeille, qui vient d'être classée comme station de tourisme au Journal Officiel du 24 avril 2018. Les pieds dans l’eau, son château royal d’époque médiévale confère à ce port une allure unique. Longeant le littoral vers le sud, on atteint une des limites de l’hexagone. Dos au phare du Cap Cerbère, on contemple la Grande Bleue avec Banyuls-sur-Mer en toile de fond sur le côté gauche. En tournant la tête vers la droite, on aperçoit les villages de la Catalogne du Sud.

Le long des rivières

Pour découvrir l’intérieur du pays, j’ai remonté les cours d’eau. Tout d’abord pour aller dans la vallée de la Têt, montagneuse et verdoyante. Le premier choc visuel se produit à la vue des Orgues d’Ille sur Têt, une construction naturelle et éphémère, modelée par le temps et la météo. Deuxième stop et deuxième « wahoo » dans les Grandes Grottes des Canalettes, une majestueuse cavité digne d’une cathédrale. Pour le reste, des ouvrages d’art, des forteresses Vauban classées au patrimoine mondial de l’Unesco et le train jaune complètent les atouts de ce petit bout du département. Ce véhicule ferroviaire permet d’admirer les prouesses techniques réalisées par l’homme dans ces chemins encaissés. 

A la limite des Pyrénées-Orientales et de l’Aude, la vallée de l’Agly revêt quant à elle de toutes autres couleurs. Sur ces terres arides poussent des vignes et des monts rocailleux sur lesquels se dressent de fiers châteaux. Aux confins de la Catalogne et du Pays Cathare, la surprise est de taille une fois arrivé aux Gorges de Galamus. Vertigineuses !

Enfin, on retrouve de la verdure et de l’altitude en suivant la vallée du Tech. Les traces d’un riche passé minier sont encore présentes et l’opulence de la fin du 19ème et début du 20ème siècle saute aux yeux. La moindre cité possède de véritables joyaux architecturaux de toutes époques. Entre deux visites de villages, nous nous sommes engouffrés dans les Gorges de La Fou, les plus étroites du monde. Un parcours dans les entrailles pyrénéennes, balisé par une passerelle métallique tout au long du chemin d’une heure et demie. Dans ce secteur du Sud Canigou, les amateurs d’art ne passeront pas à côté de Céret. Véritable carrefour artistique, la petite cité a hébergé quelques-uns des plus grands peintres du siècle dernier. Pablo Picasso, Chaïm Soutine ou Henri Matisse (pour ne citer qu’eux) ont séjourné ici et y ont laissé leur empreinte. 

Un terroir à savourer

Entre plage et montagne, la gastronomie catalane présente beaucoup d’accord terre / mer. Pour avoir un aperçu de cette cuisine, la Casa Sansa est un must au centre-ville de Perpignan. Goûtez-y le fameux poulet aux gambas avec sa sauce aux champignons relevée par le vin rancio, vous m’en direz des nouvelles ! 

Au rayon des plats du cru on rencontre également la cargolade (escargots grillés au feu de bois), les « boles de picolat » (boulettes de viande de bœuf) ou encore les anchois de Collioure… Les amateurs de cochonnailles sont aussi au paradis avec le jambon de montagne, le boudin catalan, le fuet, la llonganissa, la sobrassada… (on fera du sport au retour des vacances). Quant aux becs sucrés, ils ne peuvent que trouver leur bonheur. D’abord avec le chocolat puisque Perpignan (tout comme Bayonne) est l’une des premières villes chocolatières de France, d’un point de vue historique. Ensuite avec le touron, ainsi qu’avec les nombreux biscuits traditionnels tels que la rousquille (biscuit enrobé d’une meringue citronnée parfumée à l’anis), le croquant aux amandes et tant d’autres. 

Enfin, comment ne pas évoquer la richesse du terroir viticole. Dans les Pyrénées Orientales, on dénombre pas moins de treize appellations ; neuf en AOC et quatre en IGP. Comme l’ensemble du Languedoc Roussillon, la région connaît une véritable renaissance depuis le début des années 2000. Certains viticulteurs ont su élever le niveau de leur vin au rang de fleurons du département. Parmi mes coups de foudre œnologiques figure en blanc la cuvée Argile du Domaine de la Rectorie dans l’AOC Collioure. Un vin minéral et iodé, dominé par des arômes de fruits blancs. En rouge, le vin Les Sorcières par le Clos des Fées en côte du Roussillon (syrah, grenache et carignan), offre un plaisir doux et intense en fruits rouges.

Chaleur et sincérité

Palmiers et plafond bleu ciel, la région compte parmi les plus ensoleillées de France. Aux pieds des façades aux teintes oranges, jaunes ou vertes, les locaux sortent et discutent. Ici on vit dehors, pas de doute, on est bien en Méditerranée. La chaleur n’est pas que dans les températures, elle se retrouve aussi dans les rapports avec des gens ouverts, abordables, au contact facile. Mais ici, pas de sardine ayant bouché le port de Collioure, pas de chaîne en or qui brille. Une version moins « bling-bling » et bien plus authentique de la Méditerranée, matinée par le caractère catalan. 

Yannick REVEL